« Découvrir les cultures lusophones à Paris » au Rallye Paper 2019
10 mai 2019
Moçambique : uma vítima colateral do aquecimento global
10 mai 2019

Interview de Calema

Calema était en concert pour la première fois en France ! L’Olympia a accueillit le 07 mai les deux frères, Antonio et Fradique Mendes Ferreira, originaires de l’île de Sao Tomé e Principe. En 2013, leur apparition à l’émission The Voice sur TF1 en interprétant la chanson Balada de Gustavo Lima n’aura pas réussi à convaincre les coachs de l’époque. Mais cela ne les a pas freinés, au contraire, depuis ils sont devenus un phénomène lusophone incontournable.
Cap Magellan: Avant toute chose parlez-nous de votre parcours. Comment a surgi votre relation avec la musique ?
Fradique : Notre passion pour la musique a commencé depuis petits, dans notre ville natale de Sao Tomé e Principe, lorsque nous écoutions des musiques sur les anciennes disquettes de nos parents. Puis au fur et à mesure nous avons gagné de plus en plus de goût pour la musique.
Cap Magellan: Calema… Qu’est-ce que ça signifie exactement ?
Antonio: Calema signifie « vague », nous avons grandi au bord de mer et les vagues ramènent toujours quelque chose sur la plage, et nous, de notre part nous apportons le soleil, le sourire et la musique.
Cap Magellan : Qu’avez-vous à dire de votre expérience à l’émission de The Voice en 2013 ? Pourquoi avez-vous choisi la chanson Balada de Gustavo Lima ?
Fradique: L’émission de The Voice à était une expérience géniale ! C’était la première fois qu’on se faisait en quelque sorte juger sur notre musique. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à continuer dans l’aventure, mais nous sommes ressortis avec le sentiment d’un devoir accompli. Nous n’avons pas pu choisir la chanson, les responsables nous ont directement proposé de chanter en portugais. Balada à l’époque en France tout le monde l’écoutait en boucle. Malgré cela, nous avons passé une expérience spectaculaire, nous avons appris énormément et nous sommes ressortis avec une force indescriptible qui depuis nous a fait travailler sans relâche. C’est avec cette même détermination que nous en sommes arrivés jusque-là aujourd’hui.

Cap Magellan: Quel coach parmi Garou, Jennifer, Louis Bertignac et Florent Pagny, vous auriez aimé convaincre à l’époque?
Antonio: Sincèrement pour tout vous dire notre objectif était d’apprendre, nous connaissions seulement un peu Garou et Jennifer.
Fradique: Le plus important pour nous était de participer donc peut nous importait le coach. Mais nous avions tout de même une petite préférence pour Jennifer, Garou et Florent Pagny.

Cap Magellan: Avez-vous déjà pensé à des artistes français avec qui vous aimeriez travailler en collaboration ?
Antonio: Oui, bien sûr ! Depuis toujours la musique française est un coup de cœur. D’ailleurs, nous avons lancé une version française de Sombra. Travailler avec un artiste français serait l’occasion d’explorer de nouveaux marchés, de nouveaux horizons et de nouvelles sensations.
Fradique: Le succès de l’artiste nous importe peu, c’est principalement la connexion qui peut surgir avec celui-ci qui nous importe. Mais nous admirons énormément le travail de Maître Gims et de Pascal Obispo.

Cap Magellan: Votre tournée s’achève à L’Olympia, comment vous sentez-vous en vue de votre premier concert en France ? Et quels sont vos attentes ?
Antonio: Le concert à l’Olympia vas être un moment historique pour nous et aussi pour toutes les personnes qui nous suivent depuis le début et qui ont toujours cru en nous. C’est un rêve qui se réalise.
Fradique: C’est notre première tournée en Europe. Nous espérons que l’Olympia ne sera que le début d’un long chemin !

 

Nous remercions encore une fois Calema, pour leur sympathie et leur disponibilité.

Inês Rodrigues
capmag@capmagellan.org

Hits: 29