Estado paga até 6500 euros aos emigrantes que regressem a Portugal
15 juillet 2019
Le noir intense de Paulo Nozolino à la MEP
16 juillet 2019

Elections européennes : quelles conclusions ?

L’un des grands enjeux des élections européennes de 2019 était l’abstention. L’édition 2019 nous a réservé une surprise avec un net regain de la participation après 40 ans de baisse. Cependant, le Portugal est le mauvais élève concernant l’abstention avec un taux s’approchant des 70%.

Cette participation en hausse a su bénéficier à deux courants politiques : l’extrême droite et le mouvement écologiste. Au Parlement Européen où siègent 751 députés, l’extrême droite en a acquis 54 soit 33 de plus qu’en 2014. La France avec le Rassemblement National et l’Italie de Mateo Salvini en sont les principaux fournisseurs. Ce ne sont toutefois pas les seuls. En Allemagne, Alternative pour l’Allemagne a réussi à collecter 11% des voix, ce qui confirme leur implantation dans l’échiquier politique allemand suite à la crise migratoire. Même dans les pays du Nord l’extrême droite fait son entrée, principalement en Suède où les Démocrates de Suède ont été plébiscités par 15,4% des suédois. D’autres pays ont également connu une montée, toutefois moins importante comme l’Estonie avec 13% des suffrages ou bien l’Espagne qui en compte 6,2%.

Les partis écologistes sont les autres grands gagnants de ces élections en faisant grimper leurs nombres de sièges de 52 en 2014 à 69 aujourd’hui. Cela a été le cas notamment en France où le parti est arrivé en troisième position. Cet engouement écologique est présent aussi dans une majeure partie de l’Europe. En Allemagne, le mouvement écologique a même fini deuxième avec 22% des voix devant l’historique PSD (Parti Social-Démocrate). L’Irlande est également sujette à des surprises, alors qu’aux dernières élections le parti vert avait récolté 5% des voix, 5 ans plus tard il en compte le triple ! Cela leur a permis d’envoyer pour la première fois un député à Strasbourg. Les pays Nordiques complètent cette Europe Verte, la Finlande et le Danemark avec respectivement 16% et 13% des voix.

Si les résultats français ont été largement débattus et commentés, quid du Portugal ? Quels ont été les résultats ? Les émigrants se sont-ils déplacés pour voter ?

Au Portugal, c’est le PS avec 33,4% des suffrages qui remportent cette élection et qui envoie 9 députés à Strasbourg. Derrière eux, on retrouve le PSD (Parti Social-Démocrate) avec 21,6% des voix et 6 sièges obtenus. La troisième position revient au BE (Bloco de Esquerda) qui parvient à envoyer 2 députés. Un autre parti, qui fait écho aux résultats européens, a connu une soirée faste, le PAN (Partido das Pessoas dos Animais e da Natureza) qui réussit à placer son premier député au Parlement Européen.

L’abstention a été l’autre fait marquant de ces élections avec un taux qui s’élève 69,05%. Ce taux s’envole à 99,04% concernant les émigrants. Si ce chiffre parait vertigineux ; il s’explique par le recensement qui est devenu automatique. Cependant, et c’est aussi la réalité à retenir : le nombre de votants a augmenté et les résultats ne semblent pas si catastrophiques qu’ils n’y paraissent. De 4 844 votants en France, on est passé à 13 053 soit une augmentation de plus de 60%. Néanmoins, les émigrants estiment que les moyens mis en place par les services publics ne sont pas suffisants. Ils constatent un manque d’informations car les campagnes sont réalisées par les moyens traditionnels et s’adaptent peu aux nouvelles technologies, étonnant lorsqu’on observe qu’il y a de plus en plus de jeunes émigrants. Additionnés cela au manque d’intérêt général pour les élections européennes, on obtient un taux d’abstention bien trop élevé.

Victor Soares
capmag@capmagellan.org

Hits: 14