Movijovem : Pousada de Juventude de Bragança
24 juillet 2019
Le douloureux parcours de Timor Leste pour son indépendance
26 juillet 2019

À conversa : Pedro Alves et le projet Carte Postale du Portugal

A l’occasion de la sortie de l’album Carte Postale du Portugal, Cap Magellan a pu poser quelques questions à Pedro Alves, l’un des trois membres de ce nouveau groupe.

Cap Magellan : Qui a eu l’idée de cette collaboration ?

Pedro Alves : C’est moi. Je cherchais depuis longtemps une idée pour rendre hommage à la culture musicale portugaise en ne prenant pas les chemins habituels qui ne semblent même pas attirer au-delà de notre communauté.

Je voulais un spectacle portugais pour tous et pas uniquement pour les portugais. Le challenge est difficile car personne n’a réussi à ce jour à ouvrir la musique portugaise à la France, du moins c’est ce que je pensais, à tort, jusqu’au moment où j’ai pensé à Linda de Suza. Évidemment ! Quel autre artiste, à part elle, a réussi à séduire la France ? Aucun. Une fois l’accord de Linda obtenu, je savais que nous tenions alors un projet fort !

CM : Quand vous êtes-vous rencontrés ?

PA : J’ai rencontré Linda voilà quelques années déjà, car elle a signé la préface de mon roman « Des sanglots dans la voie ». C’était sans que nous le sachions l’un et l’autre, un premier pas vers un beau chemin de collaborations.

CM : Depuis combien de temps travaillez-vous sur le projet ?

PA : Il aura fallu près d’un an et demi pour mettre sur pied ce projet. C’est un travail de fourmi pour convaincre les salles, les artistes, trouver les bons musiciens et techniciens pour le projet. Chacun a une place précise et a été engagé pour élever le spectacle.

CM : L’accueil du public semble être positif. Que pensez-vous des retours sur le projet ?

PA : L’accueil est plus que positif ! Le public semble impatient de venir voir ce spectacle et il a bien raison. Nous comptons à ce jour des milliers de commentaires un peu partout, et je crois que les commentaires négatifs se comptent sur les doigts d’une seule main. Ils sont donc suffisamment insignifiants pour que nous soyons pleinement rassurés et heureux.

CM : Il y a-t-il des surprises auxquelles nous devons nous attendre ?

PA : Oh oui !!! Le Portugal avec un grand P sera présent à chaque spectacle, dans chaque ville. Beaucoup de surprises sont prévues sur scène, et pas que….

Mais pour éviter de trop inspirer autour de nous, permettez-nous de garder cela encore secret 😉

CM : Au-delà du voyage, quels seront les thèmes abordés dans l’album ?

PA : C’est une carte postale du Portugal qui fera voyager et qui donnera envie de partir découvrir le Portugal.

Le Portugal est vivant, sa culture est vivante, et tout sera tourné vers la vie et ce Portugal-là ! Musicalement l’ombre des artistes disparus ne m’intéresse pas et je pense vraiment que le Portugal ne se résume pas à Amalia Rodrigues, qui, la pauvre, est copiée recopiée et re-recopiée jusqu’à l’usure. Il n’y a qu’une seule d’Amalia et malheureusement elle est partie et personne ne la remplacera.

Nous ferons voyager avec le fado moderne et vivant de Mara Pedro, grâce aux énormes succès de Linda de Suza qui, Dieu merci, est toujours là pour nous faire rêver et vibrer.

En quelques mots, c’est un spectacle vivant pour un Portugal vivant et moderne !

CM : A quoi peut-on s’attendre pour la tournée ? Quel sera l’orientation du spectacle (un concert, une pièce à part entière) ?

PA : Ce sera à mi-chemin entre les deux. Nous raconterons une histoire, notre histoire, et nous la chanterons, et nous la danserons.

CM : L’album contiendra-t-il des morceaux inédits ?

PA :  Oui bien sûr ! Il y aura même certaines audaces comme une version portugaise de l’Hymne à l’amour et de l’Envie d’aimer, dont ce sera une première mondiale. Car c’est ça aussi le Portugal, des émigrés qui ont ramené les fruits et les couleurs d’autres cultures afin d’en faire la leur. J’avais l’impression de boucler une boucle en ramenant ces deux grandes chansons françaises interprétées en portugais.

CM : Différentes générations sont représentées à travers ce projet : était-ce une réelle volonté de représenter toutes les classes d’âge ? Etait-ce un heureux hasard ?

PA : Le hasard n’existe pas 😉

Nous voulons réunir non seulement toutes les cultures dans la salle pour faire découvrir la nôtre, mais également toutes les tranches d’âge. L’image sera belle dans un monde où les anciens sont trop souvent mis de côté, dans un monde où les jeunes ne sont plus aidés à croire en eux, nous allons montrer l’exemple. Et l’idée est toute simple – donnons-nous la main pour faire de belles choses-.

C’est ce que je conseille à la communauté portugaise d’ailleurs. Nous serons le plus grand des peuples le jour où l’on se donnera la main au lieu de trop souvent se jalouser.

Fort et courageux comme nous sommes, qui nous arrêtera si nous avançons ensemble ? Personne.

Arrêtons avec les portugais du Portugal, les portugais émigrés, les fils d’émigrés et je ne sais quelle autre catégorie. Nous sommes tous portugais, sans différence aucune entre nous tous.

CM : Bien que l’album ne soit pas encore sorti, pensez-vous déjà à une suite ?

PA : Je l’espère et ferai tout pour.

Dans mes rêves, nous partons en tournée avec la saison 1 de Carte Postale du Portugal. Et peut-être même que nous commençons déjà à préparer certaines choses pour la saison 2, qui sait ? 😉 Ah oui, moi je sais ! Hahaha

J’arrêterais peut-êt re quand dans la rue on dira « le Portugal ? Ça me fait penser à de belles chansons et de grands artistes ! »

À ce moment-là, j’aurai gagné mon pari car les mentalités auront un peu changé.

CM : Le mot de la fin ?

PA : Je vous attends à partir du 4 octobre à Nancy, et j’espère que tous ensemble, nous allons faire la plus grande tournée en hommage au Portugal que la France aura connue ! Viva Portugal e até breve caros amigos. Grande abraço

Merci à Pedro Alves d’avoir répondu à nos questions ! L’album sort le 6 septembre et leur tournée et leur tournée en France débutera le 4 octobre à Nancy.

 

Cap Magellan
capmag@capmagellan.org

Hits: 153