Le boom de l’agribusiness en Angola
13 juillet 2017
“Sécur’Eté 2017 : Verão em Portugal” : presença nas fronteiras entre Portugal e Espanha
18 juillet 2017

Angola: la compagnie pétrolière encore fragile

La compagnie pétrolière nationale angolaise a obtenu en 2016 des résultats en hausse par rapport à l’année précédente mais sa situation reste fragile en raison du bas niveau persistant des prix du baril, a annoncé lundi sa patronne Isabel dos Santos. La Sonangol a dégagé l’an dernier un bénéfice avant impôt de 525 milliards de kwanzas (3,16 Mds USD) contre 386 milliards (2,33 Mds USD) en 2015, selon les comptes publiés devant la presse. Depuis la fin en 2002 de la guerre civile, le pétrole a offert à l’Angola, un des deux principaux producteurs d’Afrique avec le Nigeria, une croissance à deux chiffres exceptionnelle, avec un pic de 20% en 2007. Ses ventes contribuent aujourd’hui pour plus de 70% aux recettes fiscales du pays.

Mais lorsque le cours du brut a commencé à fléchir en 2014, il a mis la Sonangol en difficulté, contraint l’Etat à se serrer la ceinture et entraîné dans sa chute toute l’économie. La croissance angolaise a connu en 2016 une croissance quasiment nulle qui devrait rebondir pour atteindre 1,3% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).  En décembre dernier, la compagnie a annoncé qu’elle ne verserait pas de dividendes à l’Etat, une première. « La société a connu des difficultés financières, organisationnelles, culturelles et de procédure qui ont dépassé ce qui était initialement prévu », a concédé lundi Mme dos Santos.

Considéré par le magazine américain Forbes comme la femme la plus riche d’Afrique, la fille du président José Eduardo dos Santos, surnommée « la princesse » par la rue angolaise, a pris les rênes de la Sonangol en juin dernier avec l’ambition de la redresser. « La priorité immédiate a été la restructuration financière de l’entreprise », a souligné Mme dos Santos, assurant avoir engagé des réformes « dont la mise en oeuvre progressive créera un groupe compétitif dans le monde entier ». Elle a également confirmé son engagement à la tête de la Sonangol malgré la retraite politique annoncée de son père à l’issue des élections générales du 23 août. « Le mandat de PDG de Sonangol n’est pas dépendant du processus électoral », a assuré Isabel dos Santos, « je veux continuer à la tête de la Sonangol ». Sa nomination a créée des remous en Angola, où le président dos Santos est accusé par ses rivaux d’avoir mis l’économie du pays en coupe réglée, notamment au profit de sa famille.

Source