Timor Oriental: un ex-guérilléro remporte la présidentielle
22 mars 2017
Rigouuuuler avec D’jal : Just Génial !
27 mars 2017

Brésil. Les étudiants étrangers enfin autorisés à travailler

C’est tout nouveau : les étudiants internationaux peuvent désormais présenter une demande de permis de travail. Une mesure qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le travail au noir et dont l’économie brésilienne devrait bénéficier.

Jusqu’à présent, les étudiants étrangers désireux de travailler durant leurs études ou de rester au Brésil une fois leur diplôme en poche devaient d’abord rentrer dans leur pays pour faire une demande de visa de travail en bonne et due forme. À moins de se résoudre à travailler dans l’“économie informelle”. En clair : au noir.

Un décret paru juste avant Noël devrait mettre un terme à cette situation, explique The Rio Times. Désormais, les étudiants internationaux inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur brésilien pourront adresser une demande au ministère du Travail.

Un permis de travail soumis à conditions

Une mesure “en cohérence avec les bonnes pratiques internationales” et qui, selon Paulo Sergio de Almeida, président du Conseil national de l’immigration, devrait permettre de recruter des travailleurs qualifiés pour l’économie du pays.

Le permis de travail, accordé pour un an renouvelable, restera néanmoins soumis à conditions.

“Jusqu’à présent, pour obtenir un visa de travail, il fallait avoir signé un contrat avec une entreprise. Et le visa n’était valable que pour la durée du contrat, précise Ed Horgan, expat britannique qui dirige une école anglophone à Rio. L’efficacité de la nouvelle loi dépendra des critères d’attribution.”

Le nombre de visas étudiants accordés par le Brésil a plus que doublé au cours des huit dernières années. Selon les derniers chiffres disponibles, il y aurait plus de 100 000 étudiants étrangers dans le pays. Les Français arrivent en troisième position, juste après les Colombiens et les Portugais, parmi les nationalités les plus représentées.

Source : riotimesonline.com ; courrierinternational.com