“A cor e o grão negro das coisas” : arte e artes
8 février 2017
Desportos de Inverno, um longo caminho de afirmação em Portugal!  
8 février 2017

Casa Amadis, une association pas comme les autres…

 

Une association à prendre en exemple pour porter au plus haut les couleurs de la lusophonie est l’une des les plus actives de la région de Montpellier, voire de France. Casa Amadis est aujourd’hui reconnue et sa visibilité croît par la diffusion et la défense des cultures lusophones.


L’association Casa Amadis a été fondée le 16 décembre 2003 à l’initiative de deux personnes : Tito-Livio Santos Mota (universitaire) et Florent Robin (libraire et animateur radio). Cette association a pour objet de« défendre et promouvoir la diffusion de la culture lusophone (lettres, arts, sciences humaines et gastronomie) à Montpellier, créer des contacts et échanges avec les autres instances et organisations culturelles de Montpellier ». Après 10 années d’activités, elle compte aujourd’hui 120 adhérents et 3000 inscrits sur les réseaux sociaux. En 10 années, elle a voulu ne pas seulement être une association portugaise réservée aux seuls portugais. En effet, elle entend divulguer les autres cultures lusophones (Portugal, Cap-Vert, Angola, Mozambique, São Tomé et Principe, Guinée Bissau, Brésil, Goa, Macao, Timor). Et elle a pu faire découvrir au plus grand nombre les écrivains, poètes, dramaturges, cinéastes, peintres, sculpteurs, photographes et les gastronomies de la lusophonie.

 

Depuis sa création en 2003, Casa Amadis a réussi à proposer des cours de portugais, une bibliothèque de plus de quatre mille ouvrages est à disposition dans leur local à l’espace Jacques 1er d’Aragon, un site pour communiquer leurs activités et les dernières informations du monde lusophone, une antenne consulaire et une aide juridique.

 

L’association organise également des manifestations en vue de faire découvrir un pays, un aspect de la lusophonie ou de son histoire. Ainsi, Casa Amadis, en 2005, a fait partie des premières associations de France à commémorer les 30 ans d’indépendance des pays africains lusophones, avec une exposition photographique et historique avec Amilcar Cabral, considéré comme le père de la nation Cap-Verdienne. Elle traduit aussi des poètes lusophones, comme Camões, Vitorino Nemesio ainsi que des poètes Cap-Verdiens. Le Portugal est, bien évidemment, souvent mis à l’honneur. Chaque année, est commémoré l’anniversaire de la Révolution des œillets qui a libéré le Portugal de la dictature salazariste. En 2013, ainsi, ils ont rendu hommage à Alvaro Cunhal. Et en 2014, une exposition est proposée sur les fresques murales d’avril 1974 et de l’instauration de la démocratie.

 

En cette année 2017, dès le mois de mars, l’association montpelliéraine enchaîne les actions visant à promouvoir les cultures lusophones à Montpellier et la double-culture, causes que Casa Amadis défend depuis sa création. A cet effet, les 9 et 10 mars prochain, elle participe à l’organisation d’une permanence consulaire dans le secteur montpelliérain avec le Consulat Honoraire du Portugal à Montpellier. A partir de mars et jusqu’à décembre, en plus de plusieurs collaborations avec des structures françaises et portugaises, seront organisées notamment des lectures d’auteurs de langue portugaise dans les bibliothèques départementales de l’Hérault mais l’association sera également présente au Portugal avec une exposition, « Urbanisme à Montpellier sous Georges Frêche, du bourg de province à la Métropole », conçue grâce au financement de la Mairie de Setúbal et DDLX, de la Mairie de Montpellier et de Camões IP. De plus, de mars à avril, des artistes portugais seront accueillis et mis à l’honneur au théâtre humain TROP humain (hTh) – CDN de Montpellier. Casa Amadis est donc un acteur de la lusophonie engagé dans la promotion de cette double-culture.

 

Une association à découvrir si vous êtes dans les environs de Montpellier. Alors comme beaucoup, devenez ou soyez agitateurs lusophones !

 

Nuno Martins