Forum Emploi 2018 : Ils étaient encore nombreux cette année
27 mars 2018
Christiane de Murville est l’invitée de la prochaine rencontre littéraire d’Alter’Brasilis, le 13 de avril
30 mars 2018

Centenaire de la bataille de la Lys

Alors que nous commémorons cette année le centenaire de la participation des troupes portugaises du Corps Expéditionnaire à la bataille de la Lys, une petite rétrospective sur la Grande Guerre s’impose et notamment sur le rôle qu’ont joué les Portugais lors de cet affrontement mondial, tant du point de vue interne que du point de vue externe en raison des relations étroites qu’entretenait le Portugal avec les autres états européens.

L’entrée en guerre du Portugal

Si le Portugal n’est pas tout de suite entré officiellement en guerre contre l’Allemagne, des affrontements avaient déjà lieu entre les deux états sur le continent africain, l’Allemagne attaquant les colonies portugaises, l’Angola et le Mozambique. Ce n’est que le 9 mars 1916, que l’Allemagne à la suite de réquisitions de ses navires par les Portugais décide de déclarer la guerre au Portugal. Du côté du Portugal, l’entrée dans le conflit mondial se fait tant pour des raisons coloniales que pour des raisons de politique extérieure. En effet, deux conventions secrètes sont signées entre l’Allemagne et le Royaume-Uni pour une division des colonies portugaises en cas de compromis, poussant alors le Portugal à se battre pour ses terres sur le territoire africain. Le risque d’invasion espagnole au Portugal motiva également l’entrée en guerre du pays. Cette entrée dans le conflit mondial est un choix du gouvernement qui y voit une façon de susciter un sentiment de patriotisme, susceptible d’unifier la population qui souffre de l’instabilité interne caractérisée par une violence et un désordre social. Au nom d’une volonté de légitimation du régime, le gouvernement entraîne ainsi la population dans un conflit dans lequel sont en jeu des forces humaines et technologiques supérieures à celles qu’elle peut dominer.

En parallèle, et sur initiative exclusive de femmes, dont notamment la femme du président de la République, Elzira Dantas Machado, un mouvement de bienfaisance, « La croisade des femmes portugaises » (« Cruzada das Mulheres Portuguesas ») est créé afin d’apporter une assistance matérielle et morale à ceux qui en ont besoin. La guerre est alors apparue pour ces femmes comme un moyen de réaffirmer leurs droits tout en apportant de l’aide à leur pays, d’une autre façon que celle des hommes qui partaient sur le front.

Alors que les affrontements se poursuivent directement entre l’Allemagne et le Portugal sur le continent africain, le Portugal apporte aussi un soutien aux autres alliés européens en envoyant des troupes en Angleterre et en France.

 

 

L’envoi de forces armées à l’étranger

Tentant de réaffirmer sa position au sein de l’Europe, le Portugal se tourne vers les alliés en se positionnant comme un état fort, prêt à défendre les autres états européens contre la menace allemande. Ainsi entre 1914 et le milieu de l’année 1918, l’armée portugaise vient en aide à l’Angleterre et à la France de manière « quasi continue ». Les Portugais sont les premiers à venir combattre en France, défendant ainsi comme le clame le gouvernement la « liberté des peuples européens » contre les troupes allemandes.

En juillet 1916, le Corps Expéditionnaire Portugais est constitué, et plus de 55 000 portugais, âgés de 17 ans et plus sont ainsi mobilisés. Le Portugal finit par franchir un cap en janvier 1917 en envoyant ses premiers contingents en France. En janvier et février de cette année, le Portugal envoie ainsi deux brigades de son Corps Expéditionnaire (CEP) en France, brigades placées sous l’autorité du commandant Gomes Da Costa. Il faut cependant attendre le mois d’avril pour que les troupes portugaises pénètrent pour la première fois dans les tranchées, l’expérience se révélant alors éprouvante pour les soldats qui ont beaucoup de mal à s’habituer aux conditions climatiques de la région, mais aussi à la nourriture qui se fait chaque jour de plus en plus rare. C’est à ce moment que le premier soldat portugais perd la vie sur le territoire français, mort qui sera suivie par de nombreuses autres, le CEP participant à de nombreuses batailles durant lesquelles beaucoup de Portugais sont tués, blessés ou fait prisonniers.

A la fin de l’année 1917, le président de la République portugaise, Bernardino Machado, accompagné du chef du gouvernement Afonso Costa, rend visite aux soldats portugais en France, ces derniers étant alors confrontés pour la première fois aux conditions atroces dans lesquelles se battaient le CEP.

Au cours de l’année 1918, le CEP prend part à de nombreuses batailles, endurant alors de plus en plus de pertes humaines. Au matin du 9 avril 1918, les soldats du Corps Expéditionnaire Portugais, alors affaiblis par l’hiver rude qu’ils ont passé et par le manque de ravitaillement, se font surprendre en pleine relève par des troupes allemandes. Ces dernières lancent alors une offensive sur la plaine de la Lys, située dans la région des Flandres. Face à cette attaque le Corps Expéditionnaire Portugais livre une de ses plus importantes batailles en France, tentant d’empêcher à tout prix l’avancée des troupes allemandes. Toutefois malgré la résistance portugaise, le CEP est presque anéanti, plus de 7 000 hommes ayant été blessés, tués ou fait prisonniers. Pendant cette bataille, certains individus, comme le soldat Anibal Augusto Milhais, firent preuve d’un courage exceptionnel. Ce soldat, surnommé le soldat « Milhões», sauva en effet la vie de plusieurs soldats portugais lors de la bataille, permettant par la même à ses compatriotes de se rassembler et de réorganiser la défense de la ligne. Muni d’une simple mitraillette et du haut de son mètre cinquante, le soldat « Milhões» fit preuve d’une bravoure sans pareille qui lui permis de recevoir la plus haute distinction militaire portugaise pour sa bravoure, « l’Ordem Militar da Torre e Espada ». Suite à la bataille de la Lys, le CEP est complètement réorganisé afin d’assurer avec les survivants de la bataille la continuation de la guerre.

Au même moment au Portugal, un impôt spécial sur les bénéfices de guerre est créé tandis qu’un édit vient imposer des restrictions sur la consommation de plusieurs aliments. Ce rationnement témoigne des difficultés que vivent les Portugais au quotidien, difficultés qui ne font qu’assombrir l’image qu’a la population de cette guerre qui s’éternise chaque jour un peu plus.

 

 

Fin de la guerre, le « retour » à une vie normale

Le 11 novembre 1918, la nouvelle de l’armistice parvient au Portugal à 7h du matin. Suite à cet armistice, les troupes allemandes se rendent également au Mozambique le 12 novembre. Les premiers membres du CEP reviennent au Portugal le 23 novembre 1918 tandis que les Portugais faits prisonniers par les Allemands pendant la guerre reviennent au Portugal en janvier 1919. Beaucoup de soldats ayant perdu la vie lors de la guerre sont enterrés en France alors que beaucoup d’autres décident d’y rester afin de reconstruire leur vie après l’enfer qu’ils ont vécu.

Si les raisons qui ont poussé le Portugal à rester neutre pendant la Seconde Guerre mondiale sont liées à la personne du dictateur Salazar, beaucoup pensent que le peuple portugais était encore traumatisé par la violence de la Grande Guerre. Le Christ roi qui se dresse fièrement aujourd’hui de l’autre côté du Pont 25 d’avril et qui observe Lisbonne d’un air protecteur a d’ailleurs été construit avec des dons du pays entier qui s’était mobilisé et uni contre la participation du Portugal au second affrontement mondial.

 


Recommandations

Pour en savoir plus
  • « Soldado Milhões » Film sur le héros de la première guerre. Au cinéma le 12 avril
  • « La Bataille de la Lys » – Documentaire de rtp sur ensina.rtp.pt
  • « Témoignage d’un soldat », enregistrementsoldat Anibal Augusto Milhais, enregistré par sa fille sur ensina.rtp.fr
  • Site internet : www.portugal1914.org
  • Artiste :Adriano de Sousa Lopes, a été le peintre de guerre du CEP, documentant alors la participation du Portugal à ce conflit mondial. Cette œuvre de propagande avait pour but de rendre publique les conditions de vie des soldats portugais au jour le jour sur le champ de bataille. L’effort portugais n’est ainsi pas oublié en partie grâce à lui. Son travail se retrouve aujourd’hui au musée militaire de Lisbonne.
  • Musée à Lisbonne :
    • Musée militaire : Largo Museu da Artilharia (métro Santa Apolónia)
    • Musée du combattant : Forte do Bom Sucesso (Belém)
Livres à lire
  • Aquilino Ribeiro : É a Guerra. Bertrand Editora, 2014.
  • João Ninguém : Soldado da Grande Guerra. Bertrand Editora, 2014.
  • José Leon Machado : Milhões: Tragicomédia em 2 Atos. Ebook 2018.
  • Nuno Gomes Garcia : O soldado Sabino. Bloco editora, 2012
  • Nuno Gomes Garcia : Sabino. Editions Petra, 2018 (trad. fr Dominique Stoenesco).

 


Agenda

 

Téléchargez le programme de la Cérémonies commémoratives du centenaire de la bataille de Lys

 

Afin de commémorer le centenaire de la bataille de la Lys et de rendre hommage aux soldats portugais venus combattre en France lors de la première guerre, les villes de Neuve-Chapelle, La Couture, Richebourg, Saint-Venant et Vieille-Chapelle, en partenariat avec l’office de tourisme de Béthune-Bruay ont mis en place une programmation mêlant commémorations officielles en présence de hautes autorités du gouvernement et évènements culturels riches et variés. Des expositions inédites seront ainsi organisées pendant le mois d’avril et mai, ainsi que des concerts, conférences et autres animations pour célébrer et rappeler l’implication du CEP en France lors de la première guerre. Les thèmes abordés sont pour le moins variés, dévoilant ainsi des facettes parfois inconnues de la grande guerre et de la vie des soldats.
Un circuit permet de retracer la bataille de la Lys en plusieurs étapes qui mènent le visiteur à travers différents lieux qui gardent encore aujourd’hui la trace de ce conflit.
infos sur la programmation : www.tourisme-bethune-bruay.fr

 

Cérémonie à l’Anneau de la Mémoire
dimanche 8 avril, le matin au Mémorial international de Notre-Dame de Lorette Ablain-Saint-Nazaire

Cérémonie à l’Arc de Triomphe à paris
dimanche 8 avril à 16h30.
En présence du président de la République du Portugal et du Premier ministre du Portugal

Cérémonie à Arras
lundi 9 avril, le matin

Cérémonie à Richebourg
lundi 9 avril, l’après midi
Une délégation des hautes autorités du gouvernement portugais et français participera aux cérémonies officielles au cimetière militaire portugais et au monument commémoratif à La Couture

Cérémonie à Lille
mardi 10 avril, le matin

Expo « visages du combat »
du 7 avril au 6 ma à Neuve-Chapelle, La Couture, Richebourg, Saint-Venant et Vieille-Chapelle

Concert Fado d’Ana Laïns
dimanche 8 avril à La Couture

Folklore et danses portugaises
dimanche 15 avril à Richebourg

 

L’association « Memória Viva » commémorera cette année également la participation du CEP à la grande guerre. Le programme réparti entre le 7 et 8 avril prévoit une exposition photo, la présentation du livre Soldado Sabino, mais aussi des cérémonies au cimentière Richebourg L’Avoué où sont enterrés près de 2 000 soldats portugais.
infos sur la programmation : memoria-viva.fr

 

Visite guidée
samedi 7 avril
Visite guidée des différents lieux où ont combattus les troupes portugaises par l’historien Bertrand Lecomte à Neuve-Chapelle, Richebourg, La Couture, Laventie

Cérémonie au cimetière militaire
dimanche 8 avril à Richebourg L’Avoué

Présentation de livre
dimanche 8 avril à midi
Présentation du livre Soldado Sabino de l’écrivain Nuno Garcia Gomes, traduit en français par Dominique Stoenesco à Laventie

 

Lurdes Abreu
CAPMag d’Avril 2018 – N°276