Une pièce de monnaie en hommage au Portugal
11 février 2019
Le Portugal, bon élève des énergies renouvelables
15 février 2019

Immobilier: les millionnaires français accusés de «racheter» le Portugal

À la Une d’un magazine portugais, les riches acquéreurs français qui ne cessent d’augmenter, sont qualifiés de «requins». Ils sont accusés d’avoir fait flamber les prix immobiliers.

Cette semaine, un magazine portugais, Visão, «Les millionnaires français qui sont en train de racheter le Portugal». Sur sa une, relayée par Courrier international, on voit une dizaine de drapeaux bleu-blanc-rouge hissés sur les toits des maisons à Lisbonne où est publié l’hebdomadaire. «Ils offrent des millions pour des tours résidentielles, des copropriétés et des bâtiments à réhabiliter. En quelques années, ils ont révolutionné le marché immobilier national, qui continue d’augmenter», explique le magazine portugais.

C’est le cofondateur du groupe audiovisuel français Groupe AB (Mediawan Thematics depuis le 11 octobre 2018), Claude Berda, qui fait l’ouverture du dossier de 24 pages que Visão a consacré au sujet. Ce Franco-suisse de 72 ans vient de racheter, pour plus de 158 millions d’euros, un terrain agricole de 12.500 hectares, au sud de Lisbonne, ayant appartenu à la dynastie de banquiers portugais, Espirito Santo, qui a fait faillite en 2014.

On apprend que les Français, qualifiés par le magazine de «requins», achètent en moyenne 29 maisons par jour. Depuis 2016, ce sont les premiers acquéreurs étrangers au Portugal (29% des acquisitions réalisées par des étrangers), devant les Brésiliens (19%) et les Anglais (11%), selon l’association des agents immobiliers du Portugal. «Ce sont majoritairement des retraités (80% du contingent d’expatriés de l’Hexagone), explique Cécile Goncalves, directrice de l’agence Maison au Portugal. Même avec une petite retraite, les Français ont un bon pouvoir d’achat au Portugal». Le salaire minimum portugais est plus de deux fois moins élevé que le smic français: 700 euros bruts contre plus de 1520 euros bruts. Surtout, les retraités du secteur privé qui arrivent au Portugal sont exonérés d’impôts sur leurs pensions perçues dans leur pays d’origine pendant dix ans, à condition de ne pas y avoir résidé les cinq années précédente.

Devenir propriétaire au Portugal est bien moins onéreux qu’en France. Les prix sont inférieurs de 40% à 50% en moyenne. L’écart peut même grimper à plus de 60% si l’on compare les capitales des deux pays. Selon Visão, pour le prix d’un 31 m² à Paris, on peut s’offrir un 85 m² à Lisbonne. Le m² se négociant à plus de 9500 euros dans la capitale française contre un peu moins de 3500 euros à Lisbonne, pour un prix de vente d’environ 295.000 euros dans les deux cas de figure. «Les Français aspirent à acheter des logements de 3-4 pièces, avec terrasse et piscine, exposés plein sud et au dernier étage s’il s’agit d’un logement collectif. Ces biens sont rares, surtout à Lisbonne», détaille Cécile Goncalves. Après le Maroc, le nouvel eldorado des retraités français est bel et bien le Portugal. Reste à savoir si le régime fiscal en or va perdurer.

immobilier.lefigaro.fr

Hits: 39