Portugal está entre os 25 países mais saudáveis do mundo
27 février 2019
Miguel Oliveira e Inês Henriques consagrados como atletas de 2018
28 février 2019

Inscrivez vous pour voter aux élections européennes !

Modalités d’inscription pour les élections européennes de 2019

S’inscrire en ligne

Pour pouvoir voter aux élections européennes du 26 mai 2019, il faut son inscription avant le 31 mars 2019.

Ceux qui le souhaitent pourront s’inscrire en ligne, quelle que soit leur commune de résidence, sur les sites www.demarches.interieur.gouv.fr et www.service-public.fr directement auprès de votre mairie ou par correspondance.

Vous recevrez votre carte électorale au plus tard 3 jours avant le scrutin.


Les élections européennes auront lieu le 26 mai 2019 et permettent aux citoyens européens de désigner, au suffrage universel direct, leurs représentants au Parlement européen. 

Il y a eu un changement majeur par rapport aux dernières élections européennes de 2014 : le scrutin par circonscription a été remplacé par une liste nationale unique composée de 79 candidats. Chaque parti doit ainsi désigner une tête de liste qui le représentera pendant la campagne. Si certains ont déjà fait leur choix, le flou persiste dans plusieurs autres formations politiques, qui sont divisées sur la ligne directrice à adopter et les alliances à faire.

A 3 mois du vote, faisons un point sur les listes et sur l’importance de cette élection, dont le taux de d’abstention en France était de 56 % en 2014.

Quels enjeux ?

Le Parlement européen est la seule institution dont les pouvoirs se sont étendus continuellement depuis 1979, que ce soit sur les plans législatif, budgétaire notamment à l’égard du Conseil et en matière de contrôle administratif et politique, ainsi qu’à l’égard de la Commission européenne. Au fil des traités, les parlementaires européens ont en effet acquis des pouvoirs législatifs, budgétaires et de contrôle importants.

Les élections au Parlement européen constituent un moment déterminant pour les citoyens européens qui souhaitent jouer un rôle dans le fonctionnement de l’Union européenne.

Les clivages entre les partis portent non seulement sur la poursuite de l’approfondissement de la construction européenne, qui a ses partisans et ses adversaires, mais aussi sur des décisions politiques concrètes.

Têtes de liste : où en est-on ?

Plusieurs partis ont décidé de présenter leur propre liste aux européennes, et en ont déjà nommé le candidat principal :

  • Jordan Bardella a été désigné comme tête de liste par le conseil national du rassemblement national.
  • La France insoumise a choisi Manon Aubry, ancienne porte-parole d’Oxfam-France, comme tête de liste. Le mouvement a été le premier à diffuser sa liste complète de candidats.
  • Yannick Jadot mènera la liste Europe Écologie-Les Verts.
  • Nicolas Dupont-Aignan prendra la tête de liste de Debout la France.
  • Jean-Christophe Lagarde mènera la liste de l’Union des démocrates et indépendants.
  • Florian Philippot mènera la liste Les Patriotes.
  • François Asselineau dirigera celle de l’Union populaire républicaine.
  • Lutte ouvrière proposera une liste indépendante menée par Nathalie Arthaud.
  • Jean Lassalle mènera la liste de son parti «Résistons !».
D’autres partis n’ont pas encore fait part de leur décision :

Le philosophe conservateur François-Xavier Bellamy semble convaincre Laurent Wauquiez pour mener la liste des Républicains. Mais sa candidature n’a pour l’instant rien d’officiel.

Du côté de La République en marche (LaREM), plusieurs noms circulent mais le parti dévoilera sa tête de liste vers la fin du mois de février et commencera sa campagne en mars, selon son délégué général.

Une alliance à gauche ?

Le Parti socialiste cherche aussi à rassembler la gauche autour de lui. Mais faute d’avoir réussi à nouer des alliances avec les Verts et Génération.s, Ségolène Royal, qui était pressentie comme candidate principale du PS, a finalement annoncé qu’elle ne concourrait pas.

Benoît Hamon (Génération.s) a annoncé qu’il serait à la tête d’une «alliance citoyenne». Il cherche à rassembler la gauche derrière lui, tout en excluant toute alliance avec le Parti socialiste.

Egalement ouvert à d’éventuelles alliances, le Parti communiste a de son côté nommé Ian Brossat, adjoint à la Mairie de Paris, comme «chef de file»!

Voir aussi :

« Qui vote, compte » les élections européennes et législatives

 

Joana Alves
capmag@capmagellan.org

Hits: 160