Empresas já receberam mais de 450 milhões do Portugal 2020
12 janvier 2017
Les Premiers Etats généraux de la Lusodescendance 
12 janvier 2017

Les personnalités lusophones de l’année 2016

Les fêtes de fin d’année étant passées et les résolutions étant prises, il est maintenant tant de revenir sur l’année 2016. Comme le veut la tradition de Cap Magellan, nous revenons sur ces personnalités qui ont marqué le monde lusophone en 2016.

 

Fernando Santos

Si on est bien d’accord sur une chose, c’est que, cette année, les joueurs de la Seleção portuguesa en ont fait rêver plus d’un. Les joueurs de Fernando Santos ont permis au Portugal de gagner leur première coupe du Championnat d’Europe de foot. Contre la France et grâce à un but d’Eder en prolongation (1-0), la Seleção remporte le premier Euro de son histoire, déjouant ainsi tous les pronostics. Le sélectionneur portugais, souvent critiqué pour sa technique jugée défensive, a la recette gagnante d’une technique qui marche. Santos, surnommé ‘O Engenheiro’ (l’ingénieur) au Portugal, a été électricien qualifié mais présentait un autre talent : le football. Après un passage chez les juniors de Benfica au poste de latéral et senior au sein du club d’Estoril, il devient entraîneur au Portugal et en Grèce.  Fernando Santos est devenu l’un des rares entraineurs à avoir officié dans les trois grands clubs du Portugal : le Sporting CP, Benfica et Porto. En 1999, il mène Porto à son cinquième titre de champion consécutif. Suite au départ de Paulo Bento en 2014, le Portugal choisit Santos comme remplaçant qui façonne une équipe à son image : fougueuse, digne, déterminée. La Seleção de Santos a un bel avenir qui l’attend.

 

Antonio Guterres

Ancien premier ministre portugais, Antonio Guterres a prêté serment comme neuvième secrétaire général des Nations unies. Il prendra ses fonctions au 1er janvier pour succéder au coréen Ban Ki-moon. C’est la première fois qu’un ancien chef du gouvernement devient secrétaire général des Nation Unies.

Avant d’être nommé au poste de Haut-Commissaire, António Guterres passe plus de 20 ans au gouvernement et dans la fonction publique. Guterres a été élu au Parlement portugais en 1976 et y a siégé pendant 17 ans. Au cours de cette période, il a présidé les Commissions parlementaires de l’économie, des finances et de la planification et celle de l’administration des territoires, des villes et de l’environnement. Il a été chef du groupe parlementaire du parti socialiste. En 1991, il fonde le Conseil portugais pour les réfugiés et, de 1991 à 2002, il a été membre du Conseil d’État portugais. Antonio Guterres s’est investi pendant de nombreuses années au sein de l’Internationale socialiste et en a été le Vice-Président de 1992 à 1999 où il a coprésidé le Comité Afrique, puis, le Comité Développement. Il a ensuite été Premier Ministre du Portugal de 1995 à 2002, période au cours de laquelle il a joué un rôle majeur dans l’action menée au niveau international pour résoudre la crise au Timor oriental. Au début de l’année 2000, alors Président du Conseil européen, il a mené la procédure d’adoption de la Stratégie de Lisbonne et coprésidé le premier sommet entre l’Union européenne et l’Afrique.

 

Ondjaki 

Ndalu de Almeida, de son nom de plume Ondjaki, est né à Luanda en Angola. Plusieurs de ses  poèmes et romans  ont reçu plusieurs prix : le Grande Prémio de Conto Camilo Castelo Branco, le prix Sagrada Esperança, le prix FNLIJ 2010 “littérature en Langue Portugaise, le prix Grinzane for Africa. ou encore le prestigieux prix Jabuti. Son dernier roman, Les Transparents, a déjà obtenu le prix Transfuge du meilleur roman africain et le Prix José Saramago en 2013. En 2016, pour la troisième édition du prix Littérature-Monde 2016, le jury a désigné Ondjaki pour Les Transparents (Métailié).

Le roman prend place dans un vieil immeuble du centre de Luanda, où les habitants se racontent leurs histoires et pensent à l’avenir. Il y a Odonato, nostalgique de la Luanda d’autrefois ; Amarelinha, sa fille ; le jeune Marchand DeCoquillages et MariaComForça, qui vend du poisson grillé. Mais il y a aussi des journalistes, des chercheurs, des contrôleurs, intéressés par les richesses naturelles du pays. Le lecteur gravit les étages et y découvre ses occupants rêveurs et sensibles. Il lit leur débrouille quotidienne, leur drame et leur joie de vivre. Il y découvre aussi la diversité, les disparités d’une capitale riche mais corrompue. Au-delà de l’histoire elle-même, c’est l’écriture d’Ondjaki qui opère une magie poignante et énigmatique, rendant l’Aveugle, le MarchandDeCoquillage, GrandMèreKunjikise et Odonato si proches de nous.

 

Ana Martinho

Depuis 2010, le prix Femina rend hommage aux femmes lusophones qui se démarquent avec mérite au niveau professionnel, culturel et humanitaire dans le monde et par leur connaissance et leurs relations avec les autres cultures.  Cette année, c’est l’ambassadrice Ana Martinho, actuellement secrétaire-générale du Ministère des Affaires Etrangères et présidente de la  Commission nationale de l’Unesco, qui a reçu le prix  Femina de Honra. L’institution Matriz Portuguesa la considère comme la première femme à assumer un poste important dans la diplomatie portugaise.

 

Maria Da Penha

Maria Da Penha, symbole brésilien de la lutte contre la violence domestique, a été récompensée du prix Franco-allemand des Droits de l’Homme et de l’Etat de Droit à Berlin. Le prix a été remis par les ministres des Affaires Etrangères des deux pays.

La pharmacienne de l’Etat de Ceará est tristement devenue connue après être devenue paraplégique en raison des agressions de son mari de l’époque. En 1994, elle publia le livre Sobrevivi … posso contar, qui a servi d’outil pour dénoncer au Brésil la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme de l’Organisation des Etats Américains. Le gouvernement brésilien a été condamné pour la tolérance et l’omission de l’Etat des cas de violence faites contre les femmes. Le Brésil a été obligé à changer sa législation, afin de protéger plus largement les femmes dans les questions de genre, de violence domestique, etc.  Cette loi, adoptée le 11 août 2006, porte le nom de Maria da Penha en hommage.

 

C4 Pedro

Comme nous vous le disions précédemment, C4 Pedro est l’artiste lusophone du moment. On peut facilement dire que l’année 2016 est son année. Rien que cette année, il a cumulé seize nominations aux Angola Music Awards (AMA), aux Kizomba Music Awards (KMA) et aux Kora Awards 2016. Il a remporté l’award du meilleur artiste lusophone aux MTV Africa Music Awards (MAMA). Nous pouvons en conclure que C4 Pedro est un artiste déterminé et en pleine ascension, non seulement dans le monde lusophone mais aussi partout dans le monde.

 

Maria Borges

Le mannequin angolais a été la grande gagnante de la deuxième édition des  Angola Fashion Awards 2016. Elle a accumulé au total trois récompense “Vanguarda do Ano 2016”, “Mulher do Ano 2016” et “Personalidade da Moda do Ano 2016”. Née à Luanda, cette jeune top model a tout pour briller. Riccardo Tisci la considère comme sa protégée. Maria Borges a marqué l’histoire de la mode le 10 Novembre 2015 en étant le premier mannequin noir a marché sur le podium de Victoria’s Secret arborant sa chevelure afro au naturel. C’est en 2012 qu’elle commence sa carrière chez Supreme Agency. Un mois plus tard, elle a été sur les podiums de la Fashion Week pour 17 défilés. Depuis, elle a défilé pour les plus grands noms de la mode comme, entre autres, Balmain, Giorgio Armani, Givenchy, Jeremy Scott, Marc Jacobs, Versace, L’Oréal et Victoria’s Secret.

 

 

Brésil : les Jeux Olympiques

Après quelques défaites dans les compétitions internationales – notamment la défaite à la Coupe du monde en 2014-  l’équipe brésilienne a eu du mal à se refaire. En 2016, lors des Jeux Olympiques, organisé dans le pays de la Samba, le peuple brésilien a joué le tout pour le tout !  Le Brésil a du démontré sa capacité à organiser le plus grand événement sportif planétaire, en dépit des risques politique, sécuritaire et sanitaire. Pendant quinze jours, les crises sont passées au second plan, et aucun drame n’a terni les Jeux.

 

La cérémonie d’ouverture des XXXIe Jeux Olympiques d’été de Rio 2016, s’est déroulée le 5 août au mythique Maracana de Rio de Janeiro. La réalisation du spectacle a été confiée au réalisateur Fernando Meirelles (La Cité de Dieu, The Constant Gardener, Blindness) et d’autres cinéastes de renom tel que Andrucha Waddington, mais aussi de Daniel Thomas et de Rosa Magalhaes, spécialiste des carnavals. Ce fut un pari réussit, la cérémonie d’ouverture fut aux couleurs du pays d’Amérique latine et transpirant la joie brésilienne.

 

C’est en football et volley masculins que le Brésil remporte les deux titres qui lui importaient le plus. L’or au foot était le  seul trophée que le pays du football n’avait jamais remporté. Rio de Janeiro, et probablement de tout le pays, à exploser de joie de lors du coup franc direct de Neymar, puis de son tir au but vainqueur en finale contre l’Allemagne. Cette victoire a pu une fois pour toute tourner la page sur le 7-1 de la Coupe du Monde face encore une fois à l’Allemagne.

 

Graça Lomingo