Les personnalités lusophones de l’année 2016
12 janvier 2017
A hora de Paulo Emílio
12 janvier 2017

Les Premiers Etats généraux de la Lusodescendance 

Les 28 et 29 janvier 2017, les 1ers Etats généraux de la Lusodescendance se tiendront à Paris. L’occasion de faire un état des lieux  du réseau et des enjeux auxquels la communauté lusophone doit faire face dans l’hexagone.

 

Pour ses 25 ans, Cap Magellan propose les Premiers États généraux de la Lusodescendance. De quoi s’agit-il ?

Jusqu’à 1789, les Etats Généraux étaient des assemblées convoquées par le roi. Elles regroupaient des députés de certaines provinces ou de l’ensemble du royaume, et représentaient chacun des trois ordres : noblesse, clergé et tiers état. Le but de ces réunions était de démêler des questions d’intérêt public et d’informer le roi des problèmes rencontrés dans le royaume. Progressivement, ces assemblées sont devenues le lieu de négociations et de contestation, à travers notamment la rédaction de cahiers de doléances et l’élection de représentants. Aujourd’hui, les Etats Généraux désignent tout rassemblement de représentants de l’ensemble des parties prenantes sur un sujet donné, en l’occurrence ici la lusodescendance. Cette consultation s’appuie entre autres sur le partage d’une expérience de terrain, permet des échanges autour de problématiques sociétales ou politiques et envisage des actions concrètes.

Le terme lusodescendance, quant à lui, est un mot valise qui se construit de la fusion du préfixe latin luso (tout ce qui se rapporte au Portugal et aux Portugais) et du terme descendance (synonyme de filiation, le « fait de descendre de quelqu’un »). Ce terme, appliqué aux descendants des immigrés portugais des années 70 et extensible à tous les descendants des émigrés portugais dans le monde, qui seraient plus de 15,5 millions sur le globe, a été redynamisé au long de ces 25 dernières années par l’action de l’association, qui le revendique. De plus, ce terme a évolué au fil des années de telle manière qu’aujourd’hui, lusodescendance et lusophonie se complètent, afin de pouvoir rassembler l’ensemble des personnes originaires des pays de culture lusophone.

Ainsi, cette assemblée ou plutôt cette réunion extraordinaire que sont les Etats généraux de la Lusodescendance rassemblera lusodescendants, lusophones et lusophiles de différentes réalités : dirigeants associatifs, enseignants, étudiants, entrepreneurs, responsables politiques ou officiels,  de façon à présenter et développer un vaste réseau capable de promouvoir de véritables campagnes nationales sur des thématiques phares : la promotion de la langue portugaise, le renforcement de la participation citoyenne, la diffusion de la culture à travers les échanges et le tourisme.

Ces Etats Généraux sont donc organisés autour de trois principaux thèmes : la langue portugaise, la citoyenneté et la promotion culturelle par le tourisme. Des rencontres, des témoignages, des échanges… tout cela afin d’élaborer et de mettre en place un certain nombre d’actions qui permettront d’améliorer concrètement les problèmes soulevés, comme les nécessités de développer l’enseignement de la langue portugaise en France (6e langue la plus parlée au monde et encore insuffisamment enseignée), d’encourager l’engagement politique et citoyen des lusodescendants de France, d’accompagner la mise en place d’un tourisme durable au Portugal, respectueux de l’environnement et des habitants, sur le long terme et sous une approche de promotion de la culture. Ces mesures et actions seront officialisées par la signature d’une Charte d’engagement par les différentes structures et acteurs participants, avec une évaluation intermédiaire de sa mise en place passé un an, et l’organisation de ces Etats généraux tous les deux ans.

Avec ces Etats Généraux, Cap Magellan souhaite ouvrir un dialogue sous la forme d’un week-end de réflexion convivial qui se finira en beauté par un concert du groupe portugais mythique Resistência.

 

Le déroulé des Etats généraux de la Lusodescendance en quelques lignes :

 

  • Rencontre du réseau

Le samedi 28 janvier 2017

Atelier 1 : Promotion de la langue portugaise en France

Atelier 2 : La citoyenneté chez les lusodescendants

 

Le dimanche 29 janvier 2017

Atelier 3 : La promotion de la culture portugaise via le tourisme

Signature de la « Charte d’engagement » par le réseau en présence d’officiels

 

Pour que ces Etats Généraux soient plus pertinents et pour laisser le réseau présent prendre la parole, ces différents ateliers permettront des interventions très ciblées et courtes de Grands Témoins qui partageront leur expérience afin de décrire les différentes réalités locales, sous l’oreille attentive de Grands Observateurs, experts de la thématique abordée, de venir constater la réalité du terrain et les principaux défis, problèmes soulevés et solutions proposées, avant de passer la parole au public, dans une interaction plus participative. Ces échanges seront orchestrés par un médiateur.

 

  • Rencontre des « Anciens » et Meet and Greet

Les anciens membres actifs de Cap Magellan se retrouveront pour une rencontre conviviale et des retrouvailles chaleureuses qui seront immortalisées par une séance photo dans un lieu communiqué ultérieurement. Dans ce même temps, un « Meet and Greet » se déroulera au Bataclan avec le groupe Resistência.

 

  • Le concert de Resistência

18h : Ouverture des portes du Bataclan au public

19h : Première partie du concert avec Lúcia de Carvalho et Dani Selva, suivie du concert « Resistência au Bataclan »

 

Resistência

 

Le dimanche 29 janvier 2017, dans le 11e arrondissement de Paris, la salle du Bataclan ouvrira ses portes au fameux groupe de rock Resistência, collectif né dans les années 90 à Lisbonne. Ce sera l’occasion de réunir à nouveau en France, Fernando Cunha des Delfins, le batteur Alexandre Frazão, Olavo Bilac, le chanteur de Santos e Pecadores, Miguel Ângelo, chanteur des Delfins, Tim du groupe Xutos & Pontapés, Mário Delgado, Pedro Jóia, José Salgueiro et Fernando Júdice, pour un moment musical mémorable.

 

Le choix du lieu de la représentation n’est pas totalement dû au hasard. C’est sa façon à Cap Magellan de résister, en musique, en France comme au Portugal. C’était déjà le cas il y a 25 ans et c’est, malheureusement, d’autant plus d’actualité aujourd’hui. En même temps, ce concert est un clin d’œil aux débuts de l’association, qui organisait à l’époque de grands concerts à Paris, vite devenus sa marque de fabrique. C’est donc une façon de revenir aux premières amours de Cap… la musique, la fête, et un certain engagement !

 

 C. Diard

Sources : Ethnologue.com, Larousse, Portada.pt, Programa do XXI Governo 2015-2019