“O Canto da Moreia” ou as vidas de Eugénio
2 octobre 2019
Abertura de Postos da Segurança Social no estrangeiro
4 octobre 2019

“Protection de notre mode de vie européen” ou la construction de l’ennemi

Le mardi 10 septembre 2019, la Présidente élue de la Commission européenne, l’allemande Ursula von der Leyen, a annoncé la liste des 26 futures commissaires. La presse européenne a fait ressortir la quasi-parité de la future Commission, qui sera composée de 13 femmes et 14 hommes.

Un moment historique, dit-on… Non seulement nous avons pour la première fois une femme à la tête de l’institution, comme nous avons la Commission la plus féminine de tous les temps. Mais encore faut-il souligner que quatre d’entre elles sont conservatrices dont la présidente Von der Leyen – appartenant toutes à la famille politique du Parti Populaire Européen (PPE) – sans oublier qu’une cinquième, Sylvie Goulard (Renew Europe), est impliquée dans l’affaire des emplois fictifs du MoDem en France et une sixième, Rovana Plumb (S&D), est impliquée dans une affaire de corruption en Roumanie. Que de beaux exemples de femmes au pouvoir…

Mais passons outre cette tentative veine de dissimuler un problème plus grave. Ce qui m’a interpellé d’abord, tout comme beaucoup d’autres européens humanistes, c’est le nom du nouveau portefeuille relatif à l’immigration et qui sera géré par le grec Margarίtis Schinás : « Protection de notre mode de vie européen ». La presse européenne n’a réagi que lorsque les insurrections des internautes ont commencé… De l’autre côté de la Mer Méditerranée, les répliques hostiles à cette dénomination se sont aussi fait entendre très vivement. Via le journal français Le Monde, quelques nationaux du continent africain mais aussi des expatriés français se sont exprimés : beaucoup considèrent l’expression choisie par Von der Leyen comme une « consternation », un « scandale » voire même une « aberration ». Face aux ripostes de trois grands groupes parlementaires européens (les sociaux-démocrates, les libéraux et les verts), qui ont suggéré un changement de nom ou de dissocier l’immigration de la « protection du mode vie européen », la tête de la Commission s’est exprimée. Pour Madame la Présidente, il est question de protéger les « valeurs européennes » tels que la démocratie, l’Etat de droit, la liberté, entre autres. Et selon elle, ces dernières seraient menacées par l’extérieure de l’UE. Mais pourquoi faire cette amalgame entre la menace de nos « valeurs » avec l’immigration ?

Lorsque j’ai lu le titre du portefeuille du Commissaire grec, j’ai fait automatiquement le lien avec un texte prononcé par l’écrivain italien Umberto Eco en 2008 relative à la « construction de l’ennemi ». Eco parlait de Mussolini qui avait fait l’apologie de la haine pour les Autrichiens afin de renforcer l’Union nationale. Ces derniers ne défendaient pas les mêmes valeurs, n’avaient pas les mêmes coutumes et étaient un danger pour l’intégrité du territoire italien. Et aujourd’hui, si j’ai bien compris, l’objectif de la prochaine Commission est de renforcer la cohésion interne. Mais faut-il pour cela que l’Europe « construise » un ennemi extérieur ? Il n’est donc pas surprenant qu’à présent on accuse la Commission d’avoir cédé au discours de l’extrême-droite.

Ce n’est pas de cette manière que l’on renforcera le sentiment d’appartenance et d’union chez les citoyens européens. Au contraire, les réactions pour ou contre cette nouvelle dénomination ne font que creuser le fossé entre les européens. La future Commission a encore le temps de changer le nom mais aussi son approche vis-à-vis de la question migratoire. Il faut finalement faire un travail d’introspection et ne surtout pas céder aux méthodes et discours datant des années 1920 et 1930. Nous sommes tous des êtres humains et partageons la même planète. D’ailleurs, celle-ci est en danger. Concentrons-nous à la sauver plutôt que de nous lancer dans un probable « replay » de Guerre Mondiale.

 

Adeline Afonso
Autrice fédéraliste, libérale et indépendante
Ceci est un article d’opinion qui n’engage pas Cap Magellan.
capmag@capmagellan.org

 

Hits: 27