Xavi voit le Brésil favori pour le Mondial 2018
9 janvier 2018
Angola: la purge anti-Dos Santos se poursuit
15 janvier 2018

Le réchauffement climatique augmenterait le nombre de mariages d’enfants

S’il fallait rajouter une autre conséquence désastreuse au changement climatique, ce serait les mariages forcés. La hausse des températures en Afrique principalement contraindrait les familles à marier leurs filles.

C’est dans les zones d’Afrique australe notamment au Malawi et au Mozambique voisin que l’on voit ces phénomènes se produire. Ces pays sont frappés par des désastres naturels tels que la sécheresse liée à la hausse des températures et la rareté des pluies, et quand celles-ci apparaissent, elles s’apparentent à des tempêtes dévastatrices, suivies d’inondations, puis de nouveau de sécheresses. Les familles n’ont plus suffisamment d’argent pour couvrir leurs besoins et sont entrainées dans une spirale de misère. Les enfants sont déscolarisés faute de moyen. Une seule solution reste envisageable pour eux, marier leurs filles alors qu’elles sont encore des enfants. Un mariage, c’est une bouche de moins à nourrir et un peu d’argent gagné.

Elles sont des milliers, voire des millions dans ce cas. Au Malawi, c’est près d’une fille sur deux qui est mariée avant ses 18 ans. Au total, ce sont entre 30 à 40% des mariages qui seraient causés par le réchauffement climatique selon une étude de Youth Net and Counselling. Toujours au Malawi, cela représente entre cinquante et soixante mariages par village, soit 4 à 5 millions de filles mariées avant l’âge adultes, donc environ 1,5 million à cause du changement climatique. Pourtant depuis 2015, une loi a été votée pour interdire le mariage des mineurs, mais ne semble avoir rien changé à cette tendance.

Du côté du Mozambique, qui occupe la triste 9ème place au classement mondial du mariage des enfants, 50% des filles sont mariées avant leurs 18 ans et un peu plus de 14% avant leurs 15 ans.

socialmag.news