Article_CAPMag

Amadeo de Souza-Cardoso s’invite au Grand Palais A l’occasion de ses 50 ans d’activités, la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris a préparé un programme d’activités pour 2015 et 2016. Ces rencontres ne se limiteront pas à la Fondation seule mais s’étendra sur d’autres institutions de Paris. C’est dans ce cadre que la Fondation Calouste Gulbenkian, en partenariat avec la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, organise une exposition rétrospective de l’œuvre du peintre portugais Amadeo de Souza-Cardoso, du 20 avril au 18 juillet 2016 Amadeo de Souza-Cardoso, l’artiste Né en 1887 à Manhufe, à côté d’Amarante, Amadeo de Souza-Cardoso fut l’un des précurseurs de l’art moderne. Issu de la riche bourgeoisie rurale, il abandonne des études de droit, puis d’architecture à l’Académie des beaux-arts de Lisbonne par manque d’intérêt. En 1906, il décide de s’installer Paris, ville reconnue à l’époque comme capitale mondiale de l’art. A Paris, il y fait ses premières ébauches en dessin, des caricatures, avant de se passionner pour la peinture. Bien qu’influencé par des courants tels que l’impressionnisme, l’expressionnisme, ou encore le cubisme, Amadeo de Souza-Cardoso a toujours refusé que ses créations porte une quelconque étiquette. Il imagine un art qui lui est propre, entre tradition et modernité, entre le Portugal et Paris. Il compte parmi ses amis proches Modigliani, Brancusi, Sonia et Robert Delaunay, entre autres. En 1911 et 1913, Cardoso expose ses travaux au Salon des indépendants à Paris mais aussi à l’Armory Show de New York, sans oublier ses deux expositions à Porto et à Lisbonne. Il participe même au Herbstsalon de la galerie Der Sturm à Berlin.

(...)

 
 

POUR PLUS D'INFO TÉLÉCHARGER LE CAPMag 254